Accueil » Une Dynamique Populaire Constituante » Les Livres blancs constituants » Livre blanc constituant 9 – Les vertus du boycott électoral

Livre blanc constituant 9 – Les vertus du boycott électoral

Partagez cette publication

Livre blanc constituant n° 9 - Les vertus du boycott électoral

Ce document revient sur la notion de boycott électoral, ses expériences dans l’histoire et ses différentes significations. Il prend des exemples en Europe, Afrique, Asie, Amérique latine.

Introduction

Introduction

En 2020 et 2021, le boycott électoral, une nouvelle fois, a joué un rôle majeur dans la vie politique de plusieurs pays. C'est particulièrement le cas en Iran et en Algérie (le Hirak) qui vont faire l'objet d'une étude spécifique de La Dynamique. Nous n’évoquerons donc pas ici ces deux pays, ni le boycott du référendum en Nouvelle-Calédonie en décembre 2021 pour lequel nous diffuserons une analyse en janvier 2022. De son côté, la France, en 2022, pourrait connaître un vaste boycott de l'élection présidentielle susceptible d’atteindre un record historique au point de menacer le régime présidentialiste.

Lire la suite...

Les boycotts électoraux en Europe

I.- LES BOYCOTTS ELECTORAUX EN EUROPE

En Europe, cinq opérations de boycott semblent avoir été recensées, quatre sont ici présentées : la Grande-Bretagne (1959), le Portugal (1961), la France (1969), l'Irlande du Nord (1973).

Lire la suite...

Les boycotts électoraux en Afrique

II.- LES BOYCOTTS ELECTORAUX EN AFRIQUE

Quelques exemples seront pris : Ouganda (1961), Rhodésie (1962), Burkina Faso (1991 et 1992), Maroc (2011), Afrique du Sud (2014).

Ouganda, élections législatives, mars 1961

L’Ouganda est un ancien protectorat britannique formé de petits royaumes bantous. La lutte pour l’indépendance a été menée par différents groupes et principalement par trois partis qui dominaient la vie politique...

Lire la suite...

Les boycotts électoraux en Asie

III.- LES BOYCOTTS ELECTORAUX EN ASIE

Nous ne prendrons que deux exemples : le sud Viêtnam en 1966 et le Bangladesh en 2014.
Sud Viêt-Nam, élection de l’Assemblée constituante, 11 septembre 1966

Le 1er novembre 1963, un coup d’État militaire provoque la chute et l’assassinat du président de la République Ngô Dinh Diêm, pourtant allié des États-Unis. L’anarchie politique se développe, de très nombreux gouvernements se succèdent jusqu’en 1965, dominés surtout par les militaires...

Lire la suite...

Les boycotts électoraux en Amérique

IV.- LES BOYCOTTS ELECTORAUX EN AMÉRIQUE

On évoquera San Salvador (1962), Trinidad et Tobago (1971), le Venezuela (2005), le Mexique (2006 et 2009), Haïti (2010).

San Salvador, élection présidentielle, 30 avril 1962

En 1950, une nouvelle constitution est adoptée au San Salvador, le Parti révolutionnaire d’unification nationale (PRUD) est créé. Entre 1950 et 1960, les deux présidents militaires issus du PRUD qui se succèdent mènent une politique d’inspiration sociale-démocrate en créant une sécurité sociale, en industrialisant le pays et en construisant de grandes infrastructures routières et des barrages hydrauliques...

Lire la suite...

Boycotts divers

V.- BOYCOTTS DIVERS

Deux cas seront présentés : le boycott des infirmiers concernant les élections départementales de l'Ordre des infirmiers, et des exemples pittoresques de candidatures animalières…
CGT, CFDT, CFTC, FO, SNICS, Sud, UNSA, boycott du renouvellement des conseils départementaux de l’Ordre infirmier, 3 avril 2014

L’Intersyndicale nationale contre les ordres professionnels, regroupant la CGT, la CFDT, la CFTC, FO, le Syndicat national des infirmier(e)s et conseiller(e)s de santé SNICS-FSU, Sud, l’UNSA, a appelé...

Lire la suite...

Conclusion

CONCLUSION

D’un point de vue général, l’essayiste camerounais Yann Gwet, dans Jeune Afrique du 25 avril 2021, développe une analyse particulièrement intéressante. Pour lui, « quelque chose comme un soupçon de révolte semble prendre forme. Dans toutes ces élections ou presque, les principaux opposants ont milité pour le boycott de ces scrutins. En soi, la chose n’est pas spécialement nouvelle. Le mouvement est encore balbutiant. Il est moins le résultat d’une stratégie mûrement réfléchie que l’expression d’un sentiment d’impuissance. Néanmoins, il révèle peut-être le début d’une prise de conscience que les élections ont été profondément dévoyées par les gouvernements d’Afrique francophone, qui en ont fait non plus un instrument de libération, mais, au contraire, un instrument de consolidation de leur pouvoir. Si, comme certains nous le répètent à l’envi, la démocratie se réduit aux élections, alors il y a fort à parier que les plus fervents soutiens de la démocratie sur le continent sont les dirigeants africains, car dans la configuration actuelle celles-ci assurent leur pérennité tout en légitimant leur pouvoir ».

On pourrait presque appliquer mot pour mot cette analyse à la France… En effet, selon Gwet, « Pour parvenir à une authentique démocratie, il faudrait délégitimer des systèmes électifs profondément corrompus ». Et il ajoute que « Le boycott s’inscrit dans cette logique ».

Mille fois d'accord !

Bibliographie
  • André Bernard, Le boycott, moyen de lutte multiforme, Les Editions Libertaires, 2018.
  • Olivier Esteves, Histoire populaire du boycott, Tome 1, 1880-1960, L’Harmattan, 2006.
  • Olivier Esteves, Histoire populaire du boycott. L’Armée du nombre, tome 2, 1989-2005, L’Harmattan, 2006.

Télécharger le livre blanc constituant 9 au format PDF

Télécharger le fichier pdf

Partagez cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.