Accueil » Actualité » Législatives 2022 : des candidats pour la conquête démocratique

Législatives 2022 : des candidats pour la conquête démocratique

Conquête démocratique
Partagez cette publication

Un groupe de collectifs citoyens et d’organisations s’est formé et appelle les abstentionnistes, les partisans du vote blanc et nul, mais aussi les jeunes ainsi que les classes populaires et moyennes, tous les déçus de la politique, à se mobiliser en vue des élections législatives. Cette coalition présentera en effet des candidates et candidats sous la bannière « Conquête Démocratique » aux élections législatives de 2022. Elle est ouverte à tous les collectifs et organisations en accord avec l’appel ci-dessous, comme aux citoyens à titre individuel.

La vie politique française tourne actuellement de façon obsessionnelle autour de la seule élection présidentielle de 2022. Pourtant, d’autres élections dont on parle beaucoup moins se tiendront la même année : les élections législatives. Si l’élection présidentielle infantilise le peuple français en lui demandant de se livrer à un homme providentiel censé régler tous les problèmes, les élections législatives peuvent rester un exercice beaucoup plus démocratique, pour peu que les candidats soient désignés directement à la base par des citoyens de la circonscription, puis qu’ils soient les mandataires de tous les citoyens Français, qu’ils les consultent pour leur action et leurs votes à l’Assemblée, qu’ils soient sous leur contrôle permanent en cas d’élection, et qu’ils portent le projet de Conquête démocratique. Ce n’est le cas aujourd’hui d’aucune force politique déclarée !

Les candidats de la « Conquête Démocratique » auront pour objectif de recueillir le soutien et de susciter la mobilisation de la population pour élaborer une nouvelle Constitution, soumise à référendum(s), à la suite d’un vaste processus constituant populaire.

Face à la déliquescence généralisée de la société, l’élaboration d’une nouvelle Constitution, grâce au débat public entre tous les citoyens, est la réponse qui permettra de changer non seulement de régime politique mais de système ; car la Constitution, dans un pays, est la loi suprême qui organise toute la société. C’est bien la question qui nous est posée : « comment réorganiser toute la société, et non simplement tel ou tel de ses aspects ? ».

Ainsi, la bannière « Conquête Démocratique » ne présentera pas une constitution déjà rédigée en tout ou partie, mais des éléments de réflexions et propositions soumis au débat public. D’ailleurs, parmi les participants à la coalition, tous ne partagent pas nécessairement les mêmes points de vue sur tous les sujets. En revanche, nous sommes tous d’accord sur la création d’un cadre qui permettra de faire avancer la cause de la conquête démocratique à travers ce projet de nouvelle Constitution.

La première proposition que nous versons au débat est de transformer en obligations faites à l’État le contenu démocratique des textes figurant dans le bloc de constitutionnalité :

  • Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789
  • Préambule de la Constitution du 27 octobre 1946
  • Charte de l’environnement de 2004

Au lieu de rester purement déclaratifs, les droits humains universels énoncés dans ces textes deviendraient « opposables ». Cette nouvelle constitution devrait ainsi aborder les quatre grands domaines qui nécessitent de redéfinir non seulement de nouveaux principes politiques mais aussi leurs modalités constitutionnelles concrètes de réalisation.

Des principes démocratiques, avec la reconquête de la souveraineté nationale face à la mondialisation néolibérale et à sa déclinaison locale de l’Union européenne ; la reconquête de la souveraineté populaire afin de mettre le peuple français  au sommet de l’architecture juridique et politique du pays ; la reconnaissance symbolique et culturelle des classes populaires (dont les « invisibles ») ; le recours au moins annuel à plusieurs référendums sur les grandes questions stratégiques (lois de finance, révisions constitutionnelles, lois de programmation, référendum d’initiative citoyenne (RIC)… dans des conditions d’égalité médiatique du pour et du contre lors des délibérations, de pair avec une déconcentration et une démocratisation des médias ; la reconstruction d’un État protecteur, efficace, contrôlé par les citoyens pour éviter toute déviance de monopole du pouvoir ; la fin des états d’urgence et l’organisation systématique de débats pluralistes sans censure ni propagande qui ont cruellement manqué au moment de la pandémie…

Des principes sociaux, avec la reconstruction des institutions issues du Conseil national de la Résistance et de la Libération, comme la Sécurité sociale ; la redéfinition complète des politiques et des infrastructures de santé publique ; la réduction des inégalités dans tous les domaines par un partage de la valeur ajoutée plus favorable au travail (les salaires) qu’au capital (les profits) ; la mise en œuvre du droit opposable à l’emploi, l’État étant l’employeur en dernier ressort ; le retour des services publics, notamment dans les zones rurales et les banlieues abandonnées…

Des principes environnementaux, et leurs modalités d’application concrètes permettant le retour de la biodiversité ; la diminution rapide et massive de toutes les pollutions ; la souveraineté, l’indépendance et la qualité alimentaires ; la responsabilisation des entreprises face à l’environnement…

Des principes économiques, avec la nécessité de s’autonomiser :

  • Des marchés financiers internationaux,
  • Du système du commerce international fondée sur la concurrence déloyale entre les travailleurs (le libre-échange),
  • Des firmes mondiales géantes dans les services, l’industrie, la banque et la finance.

La justice fiscale et la limitation de l’accumulation de capital, le ré-encastrement de l’économie dans la société sont nécessaires…

Les citoyens abstentionnistes, premier parti de France, mais aussi des millions d’autres, sont ainsi invités à voter en masse aux législatives pour les candidats qui porteront la bannière « Conquête Démocratique ».

Cette bannière commune permettra à des collectifs de s’y « rattacher », tout en préservant leur identité et leur autonomie. Des citoyens, à titre individuel, pourront également s’engager.

  • Si votre collectif est intéressé,
  • Si, à titre personnel, vous souhaitez participer aux assemblées de circonscription, et que vous voulez vous engager pour la conquête démocratique,

Contactez-nous à : conquetedemocratique@protonmail.com

Premiers signataires :

Brest la liste citoyenne, Decidemo(s), Dynamique Populaire Constituante (DPC), Tous France.


Partagez cette publication

6 commentaires sur “Législatives 2022 : des candidats pour la conquête démocratique”

  1. Tellement d’initiatives qui n’ont aucune visibilité et qu’il faudrait fédérer; si non aucune chance face au rouleau compresseur médiatique: mais est ce que les égos le permettrons ou est ce que comme d’habitude en France chacun ira de sa petite nuance…et rien n’en émergera. Je crois aussi que plutôt que d’appeler au boycott il faudrait lancer une vaste mobilisation pour que les jeunes notamment s’impliquent et votent: ils n’ont pas conscience du pouvoir qu’ils ont à travers ce vote, surtout lorsque des mouvements d’opinion de quelques % peuvent faire basculer le scrutin.
    Enfin s’il y a un sujet qui devrait nous mobiliser tous, c’est l’opposition FORMELLE au vote par correspondance qui est la porte ouverte à toutes les manipulations, surtout si c’est Microsoft et consorts qui gèrent les données des Français.

  2. 100% d’accord avec vos propositions mais je ne vois pas ce que vous apportez en plus du programme de la FI? Pourquoi ne pas faire la route ensemble?

  3. Entièrement d’accord avec ces beaux principes, mais il faut savoir qu’ils seront inapplicables tant que nous n’aurons pas une souveraineté monétaire avec une Banque Centrale gérée par le peuple et maitresse de sa création monétaire; car ce sont les banquiers qui gèrent le système actuel qui sont à l’origine du déferlement totalitaire sur la planète entière. Ceci est à mettre dans les présupposés constitutionnels, ce qui implique de sortir de la prison UE. Or ce n’est pas dans le programme de la « France dite insoumise » et explique pourquoi elle s’est montrée jusqu’à présent si soumise. Je ne participerai à votre appel que si ce point est clairement défini.

  4. La 6ème République par constituante fait déjà partie intégrante du programme l’avenir en commun… Arrêtons de diviser.

  5. 1) Mille fois d’accord pour sortir du régime présidentiel; ceci dit si le président élu dans le cadre actuel s’y oppose c’est mort-né: donc votons Mélenchon
    2) Inscrire dans la Constitution les généralités de la Charte de l’environnement peut conduire au blocage de n’importe quel projet; déjà que la moindre grenouille exotique donne bien des soucis aux bétonneurs…par contre l’article 7 sur la transparence et l’accès aux documents serait effectivement à sa place dans cette constitution.

  6. Peut-on savoir qui sont ces collectifs et ces organisations?
    Vous n’êtes pas sans savoir que ces propositions sont celles de la FI, je suppose!
    Comment vous situez-vous par rapport à la FI?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.