Aller au contenu
Accueil » A la une » Balayer les candidats macronistes

Balayer les candidats macronistes

Législatives 2022 - Balayer les candidats macronistes
Partagez cette publication

Pour la première fois depuis la mise en place du quinquennat et de l’inversion du calendrier électoral, en 2002, les candidats aux législatives soutenus par le président élu n’arrivent pas en tête au premier tour. Telle est la leçon principale du premier tour des élections législatives du 12 juin. Cette situation confirme l’analyse faite, avec d’autres, par la Dynamique populaire constituante et la Coordination nationale boycott présidentielle 2022 qui appelaient dans une déclaration à empêcher Macron d’obtenir une majorité à l’Assemblée nationale.

Nous y sommes et la perspective est parfaitement crédible pour le second tour dont l’enjeu est de mettre en minorité les candidats macronistes.

C’est la 7e fois depuis 1981 que les élections législatives se tiennent après la présidentielle. Jusqu’à présent, une dynamique électorale a toujours bénéficié aux candidats du parti du président venant d’être élu, d’environ 4 à 5 %. Cette fois-ci, avec un score de 25,7 % des exprimés (11,9 % des inscrits), c’est moins que le score d’Emmanuel Macron le 10 avril (27,8 % des exprimés, 20 % des inscrits).

La dynamique électorale change de camp

Au second tour, le 19 juin, en effet, dans chaque circonscription, il faudra voter pour le candidat ayant la plus forte chance de battre le candidat macroniste. Quel que soit ce candidat… à condition néanmoins qu’il affiche une volonté de s’opposer à la retraite à 65 ans, qu’il propose d’agir en faveur des salaires et du blocage des prix, qu’il résiste au démantèlement des services publics et qu’il s’oppose à la vassalisation de la France au nom d’une pseudo « souveraineté européenne », qu’il se prononce pour le référendum d’initiative citoyenne (RIC). Chacun saura ce qu’il a de mieux à faire… L’objectif est d’empêcher une majorité macroniste. Il est vraisemblable que dans le contexte actuel, aucune majorité claire ne viendra de l’un des deux blocs issus du premier tour des législatives. Aucune coalition n’est en mesure d’avoir la majorité à elle seule, et c’est très bien ainsi.

La stratégie ici proposée, « tout sauf les candidats macronistes » aura d’autant plus d’impact si les abstentionnistes, les votes blancs et nuls de la présidentielle et surtout du premier tour des législatives se mobilisent cette fois-ci pour aller voter. Avec 16,5 millions de voix à la présidentielle et 25,6 millions au premier tour des législatives, ils ont les moyens d’amplifier la raclée déjà mise lors du premier tour aux candidats macronistes. Un nouveau type de cohabitation verra le jour, qui remettra le Parlement au centre de la vie politique et marginalisera le président Macron. Le système présidentialiste sera mis entre parenthèses. Monsieur Macron sera ligoté. Ce sera mérité, car près de la moitié des électeurs de Macron au second tour de la présidentielle a voté pour lui car ils ne voulaient pas voir Marine Le Pen arriver au pouvoir. Le vote Macron ne valait donc pas soutien politique du peuple.

Il ne faudra pas s’attendre à une alternative globale, puisqu’il n’y aura pas de majorité parlementaire cohérente. On assistera plutôt à des alliances qui ont pu paraître contre-nature jusqu’à présent, sur des dossiers précis comme le rejet de la retraite à 65 ans qui devrait être empêchée par une majorité de députés. Cette situation du cas par cas, sur des sujets ponctuels, sera très favorable à la mobilisation populaire. Nul ne peut prévoir ce que donnera et ce que fera cette nouvelle Assemblée nationale. Il est toutefois très probable qu’elle ne fera pas du Macron… Et comme toujours, c’est l’intervention du peuple qui sera décisive…

Au total, les abstentions, blancs et nuls passent de 52,3 % des inscrits en 2017 (premier tour des législatives), à 53,5 % en 2022

  • L’abstention était de 51,3 % pour le premier tour des législatives de 2017, elle passe à 52,5 % en 2022, soit plus 0,8 %.
  • Les blancs étaient à 0,75 % en 2017, ils passent à 0,74 % en 2022.
  • Les nuls étaient à 0,33 % en 2017, ils passent à 0,31 % en 2022.

Seul le Rassemblement national gagne des voix

  • Le camp macroniste (LREM devenue Renaissance, MoDem, UDI) passe de 8 millions de voix en 2017 (16,8 % des inscrits) à 5,8 millions de voix et 11,9 % des inscrits en 2022. Cette coalition perd 2,1 millions de voix et 4,9 %.
  • LR passe de 3,5 millions de voix (7,5 % des inscrits) en 2017, à 2,3 millions de voix et 4,8 % en 2022. La perte est de 1,2 million de voix et de 2,7 %.
  • La gauche (PCF, LFI, PS, EELV) passe de 5,8 millions de voix en 2017 (12,1 % des inscrits) à 5,9 millions de voix (arrondis) et 1,2 % des inscrits. Elle gagne 59 000 voix mais baisse de 0,02 %.
  • Le Rassemblement national passe de 2,9 millions de voix (6,2 % des inscrits) en 2017, à 4,2 millions de voix et 8,6 %. Il gagne 1,2 million de voix et 2,4 %.

Avec une abstention record (25,6 millions) :

  • La NUPES arrive en tête…
  • Le RN gagne 1,2 million de voix…
  • LR perd 1,2 millions de voix…
  • Le camp macroniste perd 2,1 millions de voix…

Abstentionnistes, votes blancs et nuls de la présidentielle et du premier tour des législatives, faites irruption au second tour !

Après les élections législatives, l’heure sera à la reconstitution du peuple comme force politique autonome

Contre le système présidentialiste, affaiblit après cette séquence électorale, la convergence des mobilisations populaires devra s’organiser. Une dynamique populaire constituante devra s’enraciner au plus profond de la société. Son outil principal sera la création de milliers de comités locaux constituants, composés de citoyens de toutes orientations politiques, unis sur la nécessité de changer de Constitution, c’est-à-dire de régime politique.

Si vous êtes volontaire, contactez-nous !

Parmi les sujets à débattre en priorité : le changement du mode de scrutin des élections législatives. Car il est déjà certain que le mode de scrutin actuel va voler au peuple le résultat de cette élection en affaiblissant la représentation des partis anti-Macron. Un scrutin proportionnel permettrait une juste représentation des courants politiques qui existent dans notre société.

Pour nous contacter :   info@la-dynamique.fr


Partagez cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dynamique Populaire Constituante

Aidez-nous à grandir !

La Dynamique Populaire Constituante n'existe que grâce au soutien de sa communauté de lecteurs.

Donner 3, 5 ou 10€ par mois, c'est nous permettre de construire La Dynamique Populaire Constituante sur le long terme.

Si vous aimez notre travail, faites un don, votre soutien est précieux